Le billet de janvier 2005



SOS Papa Bretagne présente ses meilleurs voeux à tous les visiteurs de ce site.

Le 1er janvier 2005 est la date d'entrée en vigueur de la réforme du divorce.
L'objectif de cette réforme est de simplifier, de pacifier, de dédramatiser le divorce. Pour que cet objectif soit réellement atteint, SOS Papa aurait voulu qu'elle soit couplée avec une meilleure prise en compte d'une dimension fondamentale lors d'une séparation conjugale : l'autorité parentale.
Il arrive malheureusement que les contraintes de la vie ammènent deux êtres qui se sont aimés (assez pour avoir fondé une famille) à se séparer. Passé le choc que cela peut provoquer, il faut accepter et c'est le divorce. Mais ce qui reste et restera toute la vie, ce sont les enfants. Divorcer sereinement quand on a l'impression (la conviction) que la vie de nos enfants se joue aux dés - dés passablement pipés - est-ce vraiment possible ?

La loi sur l'autorité parentale du 4 mars 2002 a été un progrès. Désormais, les juges n'empêchent plus les parents qui s'entendent à pratiquer la résidence alternée.
La nouvelle loi sur le divorce sera un progrès, c'est du moins le voeu que nous formons. Avec elle, il ne sera plus nécessaire d'invoquer des fautes imaginaires pour divorcer et la médiation familiale sera encouragée.

Espérons qu'une démarche constructive, tournée vers l'avenir des enfants, se substituera à une démarche contentieuse, basée sur les resentiments conjugaux.
Espérons que tous les acteurs de la séparation conjugale (juges, avocats, experts, enquêteurs, etc) se saisissent des nouvelles possibilités offertes par ces lois et les appliquent loyalement.
Espérons aussi que ces mêmes acteurs, dans le véritable intérêt de nos enfants, mettent enfin un coup de frein sur des pratiques dévastatrices : éloignement géographique volontaire, non-représentations d'enfants systématiques, fausses allégations de violences ou d'attouchements sexuels. Tolérer de telles pratiques, est-ce aller dans le sens de la pacification du divorce ?

En nous faisant entendre, tous ensemble, nous pourrons faire que 2005 soit une année meilleure pour nos enfants.
 
 

Philippe Etienne, correspondant local Brest
 Le billet précédent